IDENTITE NATIONALE. La fiche Edf de... Didier Six.


Première sélection ?
Pas besoin de chercher midi à six heures hein ! C'était en amical contre la Tchécoslovaquie au Parc le 27 mars 1976. Je rentre à la 81ème minute à la place de Gérard Soler et pan, les Tchèques égalisent deux minutes plus tard. Bah, ça commence bien mon histoire en Bleu. J'ai beau me démener sur mon aile avec mes centres, impossible de trouver un partenaire démarqué au troisième poteau.

La der ?
Un vrai jubilé d'anthologie. Je quitte l'équipe de France par la grande porte sur un France-Portugal. La fameuse ½ finale de l'Euro 84 à Marseille. Je suis un peu sur le toit de l'Olympe pour ainsi dire. Platoche nous envoie en finale durant les prolongations. Remplacé par Bellone, c'est lui qui pique ma place de titulaire contre l'Espagne quelques jours plus tard. C'est pas la guigne ça ?

Fait marquant en Bleu ?
Je retiens surtout mes éclairs de génie. Mon déboulé sur l'aile gauche en ouverture de la coupe du Monde 78 et un centre qui trouve la tête de Lacombe. 30 secondes de jeu et les Italiens sont au tapis. Mon but au Maracana contre le Brésil en 1977. Un bijou de football samba. Et que dire de celui contre le Koweit en 82 lors du mondial espagnol. Six, sex and fun. Du Maradona dans le geste et un vrai feu d'artifice même si l'émir local tente de foirer la fête. En plus du pétrole, ces gars-là ont aussi des idées derrière la tête pour faire causer d'eux.

Anecdote ?
Sans surprise, c'est mon tir au but contre l'Allemagne en 82. J'me fends la poire à mater Stielike entrain de geindre quand Platoche me pousse au cul pour tirer. Dans la précipitation, je m'emmêle un peu les pinceaux et perd l'occasion de devenir un héros. Dans mon malheur, j'ai la chance que la scène ne soit pas filmée. Quand les téléspectateurs me découvrent agenouillé sur la pelouse, les mains cachant mon visage, ils ont compris. Pas cons. « Ah tiens, Didier Six a encore raté ». Et pourtant, ma passe décisive pour Gigi, tu t'en rappelles ? Purée, j'en ai encore des frissons.




1 commentaires: