PLAY ULTRAS. You'll never walk alone.


Attention les lads débarquent dans votre salon! Crée en 2008 par deux fans de Livourne et la Lazio, Stefano et Giacomo, « Play Ultras » est un jeu de stratégie à l'éthique politiquement incorrecte - de la même façon que Risk te propulse à la tête d'une armée pour envahir le Monde ou Monopoly qui vise à dépouiller la famille et les potes par le fric - qui s'immisce dans le monde violent des Ultras et prend à contre-pied les mesures répressives (voir liberticides parfois) instaurées par les dirigeants du football moderne pour lutter contre le hooliganisme: interdictions de stade, hausse du prix des billets, les contrôles d'identités à outrance, les caméras dans et en dehors des enceintes...


Le concept de « Play Ultras », un jeu qui reste parfaitement légal à ce jour même si nos deux acolytes ont du recourir à une production indépendante suite aux refus des maisons d'éditions de le commercialiser par crainte d'être entraînées dans la controverse, est basé sur une idée simpliste comme un crâne rasé: prendre la tête d'un groupe de supporters et l'emmener sain et sauf jusqu'au stade depuis la gare ou l'arrêt de bus selon le mode de transport choisi, en évitant les guet-apens tendus par les hools adverses, les rencontres fortuites avec les forces de l'ordre et toutes sortes de petits pépins inhérents à la vie d'un ultra en déplacement.


Un jeu de plateau old school composé de plusieurs figurines inspirées par le plus fair-play « Subbuteo » et quelques cartes pour corser le bon déroulement des opérations, qui réveillera sans doute le côté « animal » qui sommeille en chaque supporter prostré devant sa télé depuis l'augmentation du prix des places. Une manière de s'identifier aussi, depuis son salon, aux plus radicaux d'entre-tous, les derniers gladiateurs de l'arène, qui continuent de braver les interdits encore aujourd'hui malgré le renforcement des lois.

Les deux concepteurs italiens ont trouvé par ce biais une façon de « revivre leurs émotions du passé et le côté romantique du calcio » comme ils le décrivent eux-mêmes, celui du dimanche après-midi à encourager Cerezo, Antognoni ou Scirea sur le pré et défendre son crew dans les tribunes ou dans les rues. Un jeu qui, bien entendu, n'est pas à mettre entre toutes les mains - « Only for radicals » - et mène aussi d'autres batailles sur d'autres fronts que les travées des stades ou ses ruelles avoisinantes. La société Strong SL qui édite « Play Ultras » verse ainsi une partie de ses bénéfices au profit de la lutte contre la maladie de Gehrig ou SLA (sclérose latérale amyotrophique). « Sweet and tender hooligan » comme disait Morrissey. Les deux casuals défendent leur projet de manière plus pragmatique : « c'est un jeu en tant que tel, donc en principe opposé à toute forme de racisme, violation des droits de l'homme et contre la violence ». En principe. Certains repas du dimanche en famille risquent tout de même de finir en véritable bataille rangée. Et le gigot d'être cuisiné aux petits (oi)gnons.
Plus d'infos sur: http://www.playultras.com

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire