FOOT ROCK AND ROUFLAQUETTES. Norbert Nigbur.


NORBERT NIGBUR.
Norbert Nigbur aime la coupe. Pas que sur le plan sportif visiblement. Le gardien (occasionnel) de la Mannschaft et de Schalke 04 brille également par sa tignasse circa 74. Un truc qui incarne l'esprit de l'époque. « Za m'a couté trois Deutsche Marks zette betite folie ». L'équivalent d'une coiffure à deux balles d'après le convertisseur en Euros, et selon l'avis des professionnels du métier : «  On a en a connu un autre aussi qui était dans le même délire. C'était dans les 90's. Chris Waddle ! Oh, qu'est-ce qu'on s'marrait avec lui ». A l'inverse du m(r)etrosexuel anglais, chanteur maintream à ses heures perdues, Norbert Nigbur plonge tête baissée dans la branchitude underground. Un look travaillé, inspiré par l'esprit glam-rock malgré ses faux airs de Brian Jones parti sur une comète. « Z'ador-euh. Un massacre ! Comme le groupe là ». Allez, on ne peut plus arrêter Norbert qui sort les 33 tours de la discothèque. Bowie, New York Dolls, Bolan, Slade, Mott the Hoople. Pas si improbable en fait à voir l'allure du type. A la coule et bien dans ses fringues. Mieux qu'en short et crampons s'il pouvait faire un choix. Norbert à une image à défendre backstage auprès des groupies qui frappent à sa loge. Pour faire un truc à trois peut-être ? Bah, c'est son chiffre à priori.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire