WAGs RETRO. Paola Bresciano.

En France, Sophie Thalmann, un peu secouée par Thierry Roland au passage, a ouvert une brèche dans les années 2000. Une ancienne Miss France squatte les salons de Téléfoot pour causer ballon. Une orientation tournée vers les coulisses en fait, avec une touche de séduction et un côté people. Une révolution dans les médias sportifs. De chez elle en Italie, Paola Bresciano regarde ça d'un œil lointain d'autant que de l'autre côté des Alpes, Sophie Thalmann, on s'en tamponne un peu, et qu'en plus Paola est un peu une pionnière en matière de foot et de charme. Il y a quelques années en arrière de ça. C'est bien connu Italians do it better !

Paola est née le 3 octobre 1960 à Trapani. Au pied de l'Etna. A sa naissance, la belle italienne est déjà de la lave en fusion. Papa aime le foot et garde les bois dans l'équipe locale. Comme toutes les petites filles, Paola suit son père partout et promène son petit minois derrière la main courante, dans l'idée de franchir la ligne de touche et devenir elle aussi actrice sur le terrain. A 13 ans, la Sicilienne passe à l'acte et monte une équipe féminine avec les copines: Le Trapani Girl. Une belle équipe de poupées dont la plastique ne laisse personne indifférent. Surtout Paola qui truste dès lors les podiums. Ceux du calcio et des concours de beauté. En plus d'aligner les buts canons, la belle attaquante enchaîne avec les titres de Miss Trapani, Miss Bonheur et Sicile dans la (petite) foulée. Toujours sur la plus haute marche. Puis la consécration: Paola Bresciano est élue Miss Italie 1976 à Cosenza. «  Miss Italie est un avant-centre » titrent les journaux. Pas vraiment pour semer le doute et la rumeur ni faire naître de faux espoirs chez Paolo Rossi. Paola est belle et l'Italie fière de présenter les charmes de la velina qui vient d'intégrer dans le même temps la Sélection féminine italienne après son transfert à Padoue en Série A. Reine de beauté, internationale de foot, les médias se l'arrachent. Les assurances aussi. Ses jambes valent un ½ milliard de lires. Les boudins sont à la peine mais se consoleront en s'aspergeant de « Point Bleu », une ligne de parfums créée par Paola qui se disperse entre opérations promos, défilé et les filets durant la saison. La foot-model retourne alors chez elle à Trapani en 1978, se marie, fait des gosses et plein de plateaux T.V puis se lance définitivement dans les affaires, en fondant une agence de management et de production de spectacles à la quarantaine bien tassée (au début des années 2000). Surtout au niveau des hanches. Paola a vieilli comme tout le monde mais reste belle et pimpante. Alors que Paolo Rossi, lui, est tout gris.

Avec Paola, tout le monde est sur son 31 dans les vestiaires.

Paola Bresciano: le poster pour ton casier.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire