MAILLOT DE LEGENDE. Suède.

Le maillot jaune le plus destroy des seventies. Comme ça, sur le fond, il ressemble à une quelconque tunique. C'est du jaune quoi. L'arrivée du Tour. Tu tapines Hambourg, tout ça. Bashung. Alors acrylique ou coton, c'est idem. Tandem. Sur la forme, les Hellström, Edström, Sandberg et les roadies du team suédois méritent la plus haute marche du podium. Avec leurs rouflaquettes et leurs tignasses blondes, the great rock'n'roll Sweden actualise le football total des chevelus Hollandais bohèmes. WM 74. Allemagne. La période psyché des Flying Dutchmen qui survolent la compète mais battus par une Mannschaft pas très glamour. Une horde de scandinaves déglingués déferlent dans le pays. Look, attitude. Tout est cool chez eux. C'est Alice Cooper en short qui tripote la balle avec Bolan, Slade et les New York Dolls. L'antithèse des hippies bataves shootés aux drogues douces. Les Vikings empruntent au glam-rock et se gavent de pilules de speed. Du football total hard-rock à l'ambiance électrique comme leurs tifs après la pluie. Déclarée équipe la plus sympa du tournoi selon la légende - leurs chambres d'hôtel sont bien rangées et les groupies en raffolent. La plus branchée aussi. Sur 100.000 volts. Highway to Hell...ström.

Ralf Edström. Cum on feel the noize !

ALLEMAGNE-SUEDE 1974. La volée de Ralf Edström

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire