MAILLOT DE LEGENDE. Real Madrid.

Si le Real Madrid continue sa razzia de trophées sur le plan national au cours des années 70-80, c'est pas vraiment la même corrida en coupe d'Europe. Les Madrilènes sont rassasiés de titres amassés par les Puskas, Di Stefano, Kopa et Gento. Cinq titres consécutifs en C1 (de 1956 à 60). La coupe aux grandes oreilles prend des allures de jeune mariée en se parant du blanc merengue. Puis c'est l'heure des infidélités: les deux finales perdues contre Benfica et l'Inter (1962 et 64) font tâches sur l'uni. Et la rupture brutale après un dernier succès sur le Partizan Belgrade (2-1) au Heysel en 1966. Pas une médaille depuis. Une copie blanche comme la tenue adoptée par le club en 1902. Tout un symbole. Le Real court après ses glorieux aînés et encaisse un nouvel échec à Paris en 1981, en pleine vague rose alors, contre les Reds de Liverpool. L'heure n'est pas encore aux Galacticos mais la " Quinta del Buitre " fait son apparition. La publicité sur le maillot aussi, pour la première fois en 1982. Un fabricant en électo-ménager qui lave blanc mais laisse des marques sur le t-shirt. Bien vu. Parés ainsi, Butragueño et ses vautours plantent à nouveau les griffes. Les fameux grands clubs qui ne meurent jamais. Le Real signe son retour sur le plan européen par la petite porte. La coupe UEFA, en fait, à deux reprises contre Videoton (1985) et Cologne (1986). Des Austro-hongrois ! Tu parles d'une lessive toi. Pas encore la grande. Celle-là est pour plus tard et trois nouvelles conquêtes en C1 (1998, 2000 et 2002) en attendant le 10ème. Pour faire clean alors que le maillot ne l'est plus vraiment.

La balade hongroise du Real.

Juanito dans l'arène. Olé !

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire