BIO EXPRESS DEGRADABLE. Bernd et Karl-Heinz Förster.


BERND ET KARL-HEINZ FÖRSTER.
Les frangins Bernd et Karl-Heinz Förster sont nés tous deux à Mosbach dans le Land du Jean-Pierre Bade-Wurtemberg à quelques bornes quand même de l'île de la Réunion. Blonds comme les blés, c'est sur l'herbe des terrains de la Bundesliga que nos deux défenseurs allemands décident de monter en pression, bien fraîche danke schön. C'est Bernhard Georg Joseph, l'aîné, qui ouvre la voie dès 1974 sans Vincent, François, Paul et les autres sorti pourtant la même année, et entame sa carrière au Waldhof Mannheim. Une pirouette-cacahuète des 30m pleine lucarne au Bayern Münich (1975-76) puis au FC Saarbrücken (1976-78) où il côtoie l'Angevin (parce l'Ange Vert était déjà pris) Marc Berdoll, et Bernd se retrouve au VFB Stuttgart (1978) où il rejoint son frérot Karl-Heinz, présent au club depuis l'année précédente, mais rouge comme une tomate à l'idée de partager le même maillot que son aîné. A Stuttgart, les Förster roulent en Porsche mais ne participent pas aux 24 heures du Mans à cause de Steve McQueen – ces foutus Germains ont une dent contre les Ricains – et des rillettes locales. Non pas que l'Allemand craigne la charcuterie en général, même au p'tit matin, mais il est plutôt branché vingt-knack heures du Nüburgring et c'est tout à fait normal. Une histoire de goût et d'honneur de la patrie, Deutschland über alles tout ça. Ils goûtent d'ailleurs tous les deux aux honneurs de la Mannschaft et remportent au passage l'Euro 80 en Italie, puis s'octroient le titre de champion quatre plus tard (1984) avec un Stuttgart libéré de Didier Six, au moment où la France devient à son tour championne d'Europe dans un Paris libéré quant à lui depuis 40 ans. Fort de ses trophées, Bernd quitte alors brusquement la scène en bateau-mouche à 30 ans (né le 3 mai 1956) en 1986 pendant que le cadet des Förster rejoint l'OM de Tapie, Papin et St-Maclou évidemment pour étoffer son palmarès. Un doublé coupe-championnat en 1989 puis un nouveau titre de champion (1990), Karl-Heinz termine alors à 32 ans ( né le 25 juillet 1958) sa carrière au pastis. Ça tombe bien, ça rime avec saucisse.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire