SO FASHION. Raymond Kéruzoré.


En bon Breton, Raymond Kéruzoré a le pied marin. Il aime la mer et rêve de prendre le large sur un fameux trois-mats qu'il observe depuis la terre ferme, en modèle réduit, avant de larguer les amarres pour de vrai. En attendant de jouer au capitaine Haddock, la vieille branche plonge son nez chez les antiquaires où il chine les meubles d'époque de sa région, les lits-clos en particulier, influencé par un beau-père ébéniste qui casse du p'tit bois sur le pré à ses heures perdues. Kéru, qui a plus d'un tour dans son sac, profite lui de ses loisirs hors-footballistique pour faire du lèche-vitrine et réserver quelques surprises à sa femme grâce à la haute-couture locale. Une manière d'encourager les artisans du coin que Ray affectionne tellement qu'il se trimballe dans les rues de Rennes avec le costume traditionnel, la bombarde à la main. Un homme du cru fidèle à sa région, amoureux de ses us et coutumes, qui milite pour son indépendance sur et en dehors de terrain quitte à passer pour un gros nase - un fest-noz en Breton - attifé de la sorte. Un gars libre comme l'hair mais on ne parlera pas des tifs à Ray. Au milieu ou sur le côté, ses meilleures positions sur le terrain. Niveau capillaire, y a matière à débattre par contre.

Kéru joue les charmeurs de serpents aux Transmusicales de Rennes.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire