BIO EXPRESS DEGRADABLE. Frank Arnesen.

FRANK ARNESEN.
Né le 30 septembre 1956 à Copenhague (Danemark), Frank Arnesen aurait bien aimé être le chanteur des Rolling Stones. La place étant déjà prise - bah c'est pas bon Franky là - il décide de mener une carrière balle au pied plutôt que micro en main because « it's only football, but I like it » comme il prend l'habitude de dire à ses potes. Franky roule ainsi d'abord sa bosse (parce que les cailloux, il veut plus trop en entendre parler à cause de l'autre grande bouche) au Fremad Amager (1974-75) durant sa jeunesse menée à fond la caisse Richards. C'est la tournée des (petits) clubs avant celle des stades pour le jeune débutant vite repéré pour son jeu de scène et ses qualités de frontman (bon joueur de tête en Français) par les dirigeants de l'Ajax qui lui collent un deal de six ans (1975-81). Souvent placé en tête des hits en Hollande (3 titres de champion: 1977, 79, 80 et une coupe: 1979), le sosie de Mick Jagger décompresse en Espagne, au Valencia CF (1981-83) où il profite de ses royalties au pays des châteaux. Normal. Mais pas trop super au niveau de la motivation. Deux ans à glander sans décrocher un trophée, Franky tente de relancer sa carrière en Belgique, à Anderlecht (1983-85), où il regagne un peu la frite du côté de Bruxelles mais surtout grâce à la sélection danoise (52 capes) et son Euro 84 tour tonitruant, récidivant 2 ans plus tard au Mexique (1986) avec le même line-up ou à peu près. Mais toujours pas de titre pour le danish-performer qui, craignant la lose et l'oubli, décide de retourner aux Pays-Bas cherchant l'inspiration dans la fumée et le bon matos hi-fi du PSV Eindhoven (1985-88). Bonne pioche. Franky redevient number ouane (3 titres d'affilée: 1986, 87 et 88 et une coupe: 1988) mais termine sa carrière sur une fausse note. L'artiste loupe la finale de la C1 pour cause de blessure et regarde ses potes tenir le haut de l'affiche backstage. No satisfaction pour le coup.

Arnesen, Lerby, Simonsen et Elkjaer. Quatre garçons dans le vent.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire