ECOSSE. Drogue et alcool. That's rock'n'roll.

Les Ecossais préparent leur mondial en faisant croire qu'ils boivent du thé. Tu parles, vous avez vu vos gueules les gars...

Les Ecossais ne font pas les choses à moitié en Argentine. Leurs instincts primaires leur dictent une ligne de conduite qui n'est pas des plus irréprochables pour un sportif de haut niveau, mais ils s'en foutent, parce qu'ils se croient toujours les meilleurs surtout quand ils tombent dans un groupe largement à leur portée (Pérou, Iran, Hollande). Seulement, il y a toujours un os quand on adopte ce genre d'attitude, qui plus est naturelle chez eux. Ainsi, lors du 1er match de poule qui opposent les Scotts au Pérou, ils prennent une jolie dérouillée (3-1) à cause d'une préparation un peu olé olé. En fait, ils sont pas prêts les gaillards. A l'issue de cette rencontre survient d'ailleurs un scandale au sein de l'écurie écossaise. William Johnston, attaquant de West Bromwich Albion, s'est pris pour Keith Richards. Il est convaincu de dopage à la fencafémine, un stimulant dérivé des amphétamines. Pécho par la FIFA, il est immédiatement renvoyé chez lui par l'entraîneur Ally MacLeod. Bon pas grave, ou presque. Pour oublier cette mésaventure, ou plutôt pour continuer dans la dèche et la loose, à la veille du second match contre l'Iran, Lou Macari fête son anniversaire. Les Ecossais font venir pour l'occasion une cargaison de 38 caisses de scotch pour honorer les 29 ans de l'attaquant de Manchester United !!! Purée bonjour la taule. Les mecs sont carrément rincés quand ils pénètrent sur la pelouse. Résultalt. Match nul. Un lendemain de cuite difficile à gérer. Les Ecossais tirent une bonne gueule de bois. Mais au moins ils se sont bien fendu la poire (ah non y en avait pas, juste du scotch). Hips !

Joe Jordan est content. Il a battu le record du monde d'ouverture de bouteilles de scotch avec les dents. Bon, ça laisse des séquelles quand même.

Le match.
ECOSSE-PEROU.


Le match.
ECOSSE-IRAN.


LE GESTE TECHNIQUE DECRYPTE (de la Coupe du Monde) de BERTI VOGTS et HELMUT SCHÖN.


BERTI VOGTS und HELMUT SCHÖN.
[interprétez: et vogts la galère... sehr schön ta blague Helmut.]
Le geste technique:

La pêche au filet. Jolies prises pour Berti Vogts et son compère Helmut Schön qui reviennent de la rivière et causent tranquille de leur partie de pêche abondante où ils ont pris de beaux ballons Tango.
« Dis Helmut, t'as vu z'qu'on a pris ? »
« Zi au moins tu poufais en claquer autant qu'il y en a dans le vilet, za m'arrangerait Berti. Ach, ze déconne. Prends pas (la pêche à) la mouche !!! »
Quel déconneur cet Helmut. Puis tiens ce soir, c'est sardines au barbecue pour tout le monde !

PUB. Soccer shop. Les maillots du mondial.

SOCCER SHOP
- Faîtes vos couleurs et portez les -
(1978)

ROB RENSENBRINK. A lui le 1.000ème but.

11 juin 1978. Dernier match de poule opposant les Pays-Bas aux pochards écossais. Les Hollandais sont déjà qualifiés alors que l'Ecosse tente de croire au miracle après un début de compétition carrément foiré (un nul et une défaite). Et ça sent encore plus la fin lorsqu'à la demi-heure de jeu, l'arbitre siffle un pénalty en faveur des Pays-Bas. Rob Rensenbrink, que l'on présente comme le successeur de Johann Cruijff, transforme la sentence. Il ne le sait peut-être pas à cet instant, mais il vient d'inscrire le 1.000ème but de l'histoire de la Coupe du Monde depuis sa première édition en 1930. Pour l'anecdote, Pelé avait aussi inscrit son 1.000 but sur péno... Mais Rob s'en tape comme de sa première visite dans un Coffee shop, le Brésil est devenu tellement mauvais depuis son règne de 1970. L'Ecosse bat finalement les Pays-Bas dans ce match joué pour l'honneur. Fallait quand même le préciser...

Et pan, dans le mille !!! (Rob Rensenbrink).

JOHAN CRUIJFF boude le mondial argentin !

Après avoir participé activement à la qualification des Pays-Bas lors des éliminatoires dans un groupe composé du voisin belge, l'Irlande du Nord de George Best et l'Islande (la Hollande termine en tête de son groupe), un coup de théâtre provoque l'émoi au royaume des tulipes. Si beaucoup de pays européens se posent la question de participer ou non à la Coupe du Monde en Argentine en raison de la situation politique dans ce pays, Johan Cruijff passe de la menace aux actes concrets en refusant de se rendre aux pays des Gauchos. La raison demeure évidemment le climat d'insécurité qui règne en Argentine. C'est la stupeur en Hollande. On ne compte plus le nombre de lettres ou cartes postales qui sont envoyées au meneur de jeu de la sélection orange, le priant de revenir sur sa décision. Même les plus hautes sphères de l'état s'en mêlent, des membres du gouvernement jusqu'à la Reine des Pays-Bas. Vaine tentative. Poussé par des pressions familiales, et surtout par son épouse, Johan Cruijff ne fléchit pas. Peu de temps avant le début de la compétition, le sélectionneur Ernst Happel tente le tout pour le tout, mais rien n'y fait. Une tentative d'enlèvement à son domicile de Barcelone finit d'ailleurs de convaincre le plus célèbre des n°14 dans ses choix. Le mondial argentin débutera sans le meilleur joueur du monde à l'époque. Puis dans la foulée, quelques semaines plus tard, Johann Cruijff annonce sa retraite internationale. Comme ça, les Hollandais ont encore plus les nerfs...

HOLLANDE 1977.
Une des dernières photos de Cruijff sous le maillot orange. 
Debout : Jongbloed, Brandts, Suurbier, Rijsbergen, René Van de Kerkhof, Van Hanegem, Krol. 
Accroupis : Rep, Willy Van de Kerkhof, Cruijff, Jansen.

LE GESTE TECHNIQUE DECRYPTE (de la Coupe du Monde) de ANDRZEJ SZARMACH.


ANDRZEJ SZARMACH.
[interprétez: ça marque... et laisse des traces au fond du slip].
Le geste technique :
Le torchage de cul. Pris par une soudaine envie de faire ses besoins (en plein match, la zone !), Andrzej Szarmach se réfugie près du poteau de corner pour soulager ses intestins. Seulement voilà, il a pas de PQ à portée de mains. Alors il se sert des papelitos longs comme des tickets de courses au supermarché lancés par les spectateurs argentins pour finir sa besogne. Astucieux le Polonais.

FRANCE-ITALIE. Cours, Didier, cours. (Librement inspiré de Forrest Gump).


La rencontre débute à peine. Les Français sont en possession du ballon. Ils se font des passes. Tranquilles. Six-Guillou-Michel. Ce dernier lance alors Didier Six sur son aile gauche et lui crie "cours, Didier, cours". Pas besoin de lui dire deux fois à l'attaquant lensois qui déboule balle au pied, un rien foufou en ce début de match. On pense même un moment qu'il va finir sa course en se ratatinant dans les panneaux publicitaires placés derrière la ligne des 6 mètres ou pire, terminer son 100 mètres dans les tribunes à l'allure où il va l'ailier gauche de l'équipe de France. S'il s'arrête un jour d'ailleurs. Du Didier Six quoi ! Mais dans un éclair de conscience, ou une voix intérieure peut-être, arrivé à proximité du poteau de corner, le Lensois centre pour la tête de Bernard Lacombe qui, en vieux renard des surfaces qu'il est, rôde dans les 16 mètres italiens et catapulte le ballon dans les filets de Dino Zoff. 38 secondes que la rencontre vient de débuter. La France mène 1 à 0. C'est à l'époque le but le plus rapide de la coupe du monde.

PS: cet article est à lire sur le même timing que la construction du but de Lacombe. Allez hop, chrono, top départ.

Et pan ! Bernard Lacombe danse le (ballon) Tango.

Le match.


PUB. Adidas Tango 1978.

ADIDAS
- Tango : Le ballon officiel de la coupe du Monde -
(1978)

ARGENTINA 78. Boycott ou pas ?

Au fur et à mesure que la cérémonie d'ouverture approche, le mundial 78 suscite l'émotion et des débats enflammés en Europe, parmi les pays qualifiés pour la onzième édition de la Coupe du Monde en Argentine. En effet, depuis le 24 mars 1976, la junte militaire du général Videla dirige le pays après un putsch contre la présidente Isabelita Peron, au pouvoir depuis deux ans. Évidemment, la liberté et les droits de l'homme sont vite bafoués. Le général putschiste jette l'ancienne chef de l'Etat déchue en prison, pour cinq ans, et ordonne la suspension de toutes activités politiques et syndicalistes dans son pays. Comme au Chili en 1973, l'Argentine devient une dictature qui traque les opposants au régime instauré, la mitraillette en bandoulière.

Dans ce contexte, certaines démocraties européennes réfléchissent sur leur participation à un événement sportif qui ne pourrait cacher la réalité politique du pays. La Suède est l'une des premières à s'interroger sur le sujet. Le parlement suédois demande à la fédération de donner sa position. Celle-ci se tourne alors vers les joueurs. Vous voulez faire quoi, vous, les gars ? En gros, c'est la question posée. De la réponse des joueurs dépendra l'attitude à adopter par la suite. L'équipe suédoise refusant d'être prise au piège confirme sa participation en argumentant sa position sur deux points. Le premier est à mettre sur le compte du statut de sportif qui oeuvre pour la paix par une discipline universelle, qui n'oublie pas cependant les revendications des partisans au boycott. La seconde envoie l'état suédois et la fédé dans les cordes par un argument très simple. Puisque notre pays est favorable au boycott, pourquoi alors avoir engagé ce dernier pour les phases qualificatives ? Précis, net et sans bavure. Le débat est clos du côté de Stockholm.


En France, même combat. Certains intellectuels et artistes s'indignent de la présence du onze tricolore dans un pays fasciste. Platini, Bathenay et consorts sont taxés d'ignorants aveugles et égoïstes par les intellos du pays. Les comités de soutien au boycott s'organisent et cherchent un écho à leur combat. Réunions, manifestations, meetings et tribunes libres dans les journaux (notamment Le Monde). Le COBA (Comité pour le Boycottage de la Copue du Monde) et le " Comité de Soutien aux Luttes pour le Peuple Argentin " s'activent pour freiner les ardeurs d'une qualification française pour une coupe du Monde, acquise sur le terrain, une compétition par ailleurs à laquelle elle n'a plus participé depuis 1966. C'était en Angleterre. Et Cantona voyait le jour. Le sélectionneur Michel Hidalgo est dans le doute. Les joueur aussi. Mais tous adoptent le discours des Suédois sur la valeur et le rôle du sportif dans la société moderne. Ils promettent même d'alerter l'état argentin sur la situation des Français disparus dans ce pays, et de tout mettre en oeuvre pour avoir des réponses claires et précises. Si le boycott provient essentiellement des gens de gauche, tous ne sont pas d'accord sur cette position radicale. Ainsi Georges Marchais pour le Parti Communiste argumente et donne dans la formule. Pour le dirigeant du PC français, si les Bleus refusent de se rendre en Argentine, ces derniers risquent de ne plus bien aller nulle part en regardant la situation politique de certains pays à l'Est comme à l'Ouest, voir dans le monde entier par ailleurs. Le FN prend aussi une position favorable au Mundial. Mais bon comme c'est leurs potes qui dirigent le pays là-bas, rien d'anormal entre collègues. Les joueurs estiment être pris en otage par cette situation où tout le monde à tout ou rien à dire. Michel Hidalgo précise même qu'il respectera le choix politique de chaque joueur dans le cadre de sa sélection, et offre une belle part de responsabilité à chacun de ses gars en short. Ceux qui veulent rester en France peuvent le faire, tandis que ceux qui désirent être du voyage pourront juger par eux-mêmes de la situation. Voilà le message pour résumer. Un discours pas au goût de tout le monde. Le sélectionneur des Bleus est même victime d'une tentative d'enlèvement, sous la menace d'une arme, pas très loin de chez lui, par un membre d'un groupe favorable au boycott. Il se bat avec son ravisseur, récupère le flingue et porte plainte dans la foulée. Quelques heures après cette péripétie, il est dans le Concorde qui emmène la délégation française en Argentine...


Tous ces mouvements en Europe principalement, et dans le monde à moindre échelle, provoquent des remous en Argentine. D'abord parce que le comité d'organisation au mondial a connu toutes les galères pour arriver à ses fins (retard dans les travaux d'agrandissement des stades, assassinat du président du comité de coordination du mondial 78, un pote au salopard de Videla en fait, un pays économiquement en ruine...). Mais surtout, les opposants au dictateur aux lunettes sombres ne souhaitent absolument pas ce boycott, car le mondial 78 est aussi et avant tout " leur " mondial. Leur mot d'ordre est simple : " Venez en Argentine, observez ce qui se passe et témoignez ! ". Tout le monde acquiesce alors et accepte de se rendre en Argentine pour quelques semaines de sport. Les opposants emprisonnés connaissent cependant aussi leur moment de "sport" durant la compétition. Mais finalement à leur retour, peu (voir pas du tout) de joueurs témoigneront de ce qu'il ont vu là-bas. Peut-être à cause des hôtels de luxe mis à leurs dispositions, loin, très loin des geôles secrètes de l'armée du général Videla...


ARGENTINA 78. COUPE DU MONDE. by Panini.

L'AFFICHE OFFICIELLE.

EMBLEME ET MASCOTTE.

LES STADES.

LES PARTICIPANTS.

Groupe 1: Argentine, France, Hongrie, Italie.

Groupe 2: Allemagne, Pologne, Mexique, Tunisie.

Groupe 3: Brésil, Espagne, Autriche, Suède.

Groupe 4: Pays-Bas, Ecosse, Pérou, Iran.


LES STARS DE LA COUPE DU MONDE 1978.

LE BALLON OFFICIEL.

Le 11 type du WM 74.




Prochain rendez-vous, ARGENTINA 78. Purée, ça va pas trop rigoler là non plus...