FOOT ROCK AND ROUFLAQUETTES. François M'Pelé.


FRANCOIS M'PELE.
Alors comme ça François M'Pelé. OK d'acc'. Comme pas mal de monde d'ailleurs. Le Brésil 70. Viva Mexico et sans bas, des gestes d'anthologie gravés dans les mémoires ou sur DVD. Mais même avec un maillot Kopa... cabana sur le cul, pas trop non plus, ce qu'il préfère par-dessus tout, bien avant le jeu fluide de la Seleção au rythme de la samba, c'est le jus de chaussettes carabiné. Un truc au caractère bien trempé qui renifle de la semelle, et ne fait pas spécialement l'unanimité comme le Roi. Alors si François M'Pelé, certes, il ne fait pas toujours dans la dentelle et déteste lécher les pompes des gens qu'on porte sur un trône. Ou plutôt pas celui sur lequel les Rois sont sacrés. Lui c'est une vraie (ch)étron sauvage comme sa musique de crados qui refoule du bec et cogne sévère les tympans. Un peu comme son groupe préféré improbable, DANKO JONES, toujours debout et jamais K.O dans le chaos infernal des larsens.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire