BIO EXPRESS DEGRADABLE. Roberto Jaime Zywica.

Delio Onnis-Roberto Zywica. Un duo à la vie, à l'humour !!!

ROBERTO JAIME ZYWICA.
C'est sûr, Roberto Jaime Zywica - qui est Argentin comme son nom ne l'indique pas vraiment - aurait pu jouer dans les Fous du stade avec les Charlots. En effet, Bob le moustachu aime l'humour et les bonnes farces... à la viande. Faut dire que lorsqu'on a la tête de Lee Hazlewood, on peut pas trop faire autrement aussi !

Delio et Roberto préparent leur tournée comico-acoustique.

Né d'un père qui bosse dans une fabrique de confection de draps qu'il pique en cachette le soir pour se les mettre sur la tronche et jouer les fantômes dans le but de coller la frousse à sa soeur, cet éternel étudiant (il a fait des études commerciales) n'en rate pas une pour faire des blagues... à tabac. C'est lui qui l'affirme, Bobby " ...[n'est] serieux que lorsqu'[il] dort ". Ou alors il pense au cul. Et comme il est pas souvent couché, les journées sont longues avec lui. Bref... Formé à River Plate, passé ensuite à Gimnasia La Plata, Roberto Zywica déboule à Reims à la fin de l'année 1971 pour y retrouver son compère et ami Delio Onnis, arrivé 4 mois plus tôt du côté du stade Delaune. Il reste en Champagne jusqu'en 1974 où il ne fait pas trop de bulles d'ailleurs. Trop pris par les conneries qu'il invente et son rôle d'amuseur public comme il aime se définir. Une soixantaine de matches sous le maillot champenois, peu de buts, et voilà Bob qui prend la route pour Troyes. Distance 100 bornes à tout péter.

Le coup du canular téléphonique. "Allo Raimundo Kopa ? Yé la valiz RtéL al telefono. Yé Fabriz au bout dou fil... hi hi hi..."

Mais pour lui, c'est le début de la lose dans le championnat de France. Il y reste une saison (1974-75). Puis sa tournée d'adieux de comique incorrigible se termine à Toulouse (1975-76) et enfin à Ajaccio, au Gazelec, pour tenter de dérider les Corses avec son humour de cabaret (1976-77). Il est temps alors pour Roberto de rentrer au pays, histoire de reconquérir son peuple avec ses blagues et sa bonne humeur qu'il traîne d'abord aux Old Boys, ensuite à Banfield et enfin à Atlanta où il termine sa carrière à 35 ans avant d'entamer sa reconversion dans la chansonnette.

"Caramba Raimundo, yé té bien ou avec la valiz RtéL..."

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire