ERWIN VAN DEN BERGH. La blague belge !


Vandenbergh colle une bonne praline dans les buts.

Quatre matches d'ouverture que ça durait cette histoire. Angleterre-Uruguay 1966, Mexique-URSS 1970, Brésil-Yougoslavie 1974 et Allemagne-Pologne 1978, que des 0-0 à se mettre sous la dent. C'est à dire pas grand-chose. 1982. L'Argentine, champion en titre, dispute le match d'ouverture contre la Belgique. Evidemment, les Argentins sont archi-favoris, c'te bonne blague toi. Mais la rencontre est équilibrée quand survient le coup de théâtre de la 62ème minute. C'est en effet à cet instant que l'attaquant belge du FC Lierse, Erwin Vandenbergh, encore tout jeunot, en profite pour faire causer un peu de lui. La notoriété, ça peut pas trop faire de mal. Il hérite d'un long ballon, venu de nulle part (un centre de la gauche en fait), et prends tout son temps pour fusiller Fillol, le portier argentin, qui voit rien du tout sur l'action, aveuglé sans doute par le panache et le culot du buteur des Diables Rouges. Pan, en plein d'dans, mon pote, pis t'as l' bonjour de Leny Escudero (j'sais pas pourquoi lui mais bon, c'est une blague belge en même temps). Vandenbergh rompt ainsi avec la monotonie des scores vierges et des rencontres insipides des matches d'ouverture. Purée, ça faisait une bonne paye quand même...


Bah justement, ça fait goal !

Le but en V.O.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire