HOLLANDE-ITALIE. Une finale avant la lettre.

Dans le groupe A, lors du second tour, les deux équipes qui peuvent se qualifier pour la finale sont opposées l'une contre l'autre à l'occasion du dernier match décisif. Pays-Bas-Italie. Les Italiens doivent absolument s'imposer alors que la sélection orange - qui joue en blanc pour l'occasion - peut se contenter du match nul. Mais tintin les calculs d'apothicaire. L'Italie démarre fort et ouvre le score dès la 16ème minute par un auto-goal de Brandts (qui lave plus blanc avec une bonne lessive, ce qui explique la couleur des maillots hollandais pour ce match). A la mi-temps, la Squadra Azzura est qualifiée, donc ça va bétonner derrière. C'est sûr. Mais les Hollandais qui ont de la répartie et aiment bien se salir, traînent les Italiens dans la boue en seconde période. Tout d'abord, Brandts, qui aime bien faire parler de lui (bonjour la pub !) remet les pendules à l'heure 5 minutes après le début du deuxième acte. A un quart d'heure de la fin, Haan envoie un missile des 40 mètres dans les cages de Zoff qui est battu. 2-1 pour les Hollandais. L'Italie essuie sa première défaite du mondial qui lui est fatale, les Pays-Bas, quatre ans après le WM 74, atteint de nouveau la finale de la coupe du monde.

Les Italiens font des pompes, mais les Hollandais sont quand même plus costauds.

LE MATCH


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire