CANADA. Une première !


La sélection canadienne, qualifiée pour Mexico 86.

En sortant victorieuse des éliminatoires de la zone CONCACAF, le Canada, dirigé par un ancien gardien de Blackpool - Tony Waiters - obtient pour la première fois son ticket pour une phase finale de coupe du Monde, grâce notamment à la super-star du coin - Igor Vrablic - pas très canadien tout ça mais bref. Déjà c'est du bonheur aux pays des bûcherons. Mais quand en plus, pour son premier match au Mexique, le Canada a le privilège de rencontrer la France, les champions d'Europe en titre, ben c'est carrément la joie au pays du sirop d'érable. Caribou Ginette !!! La vache, ça hurle dans les cabanes en bois. Purée, si c'était du hockey sur glace, la dérouillée qu'on prendrait. Mais là c'est du foot et les Canadiens vont voir ce qu'ils vont voir. Verront pas grand-chose à vrai dire les néophytes. Pour son baptême du feu, l'équipe canadienne a bien renforcé sa défense et les Français cafouillent. Du coup ça les énerve de pas bien jouer et ils cafouillent encore plus. En même temps, la France a toujours paumé son 1er match, alors un score nul, c'est carrément une aubaine. Oui mais devant le Canada, c'est pas terrible avant d'affronter les Soviétiques. Finalement, Jean-Pierre Papin délivre les Tricolores à 10 minutes de la fin de la rencontre. Fichtre d'équipe, ce Canada. Un vrai os difficile à manoeuvrer (d'un autre côté le mec qu'arrive pas à manoeuvrer un os, bonjour les muscles). La suite du parcours est pareil pour la sélection nord-américaine. Elle perd ses deux matches suivants contre la Hongrie et l'URSS (2-0) sans jamais avoir été ridicule dans cette compétition.


Alain Giresse est pris dans la tenaille canadienne. Il fait tout petit à côté des grands gaillards qui jouent sans bonnet, ni chemise à carreaux. Pendant ce temps-là, Rocheteau s'offre un ballet avec Paul Dolan, gardien à moustache élégante.


Purée les gars, z'avez vu la praline !!! (Platini).

Le match.
CANADA-FRANCE.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire