ZAÏRE. Out of RFA.


Quand elle pose le pied sur le sol allemand, l'équipe du Zaïre bombe le torse. C'est la première nation à représenter l'Afrique noire en phase finale de Coupe du Monde. Les Leopards, comme on les surnomme, ont donc le moral et des forces ainsi qu'un appétit vorace de bien faire et de se montrer aux yeux des (télé)spectateurs du monde entier en pratiquant un football chatoyant et improvisé, axé essentiellement sur les qualités techniques des joueurs. Mais comme bien souvent dans pareil cas, entre l'envie et la réalité du terrain se dresse un couloir long comme le tunnel du stade Chaban-Delmas. (Cette réflexion puérile est hors contexte mais c'est pour meubler en fait).

ZAÏRE 1974.

Dès son premier match contre l'Ecosse, les Léopards sont à la rue malgré leur technique de félins. Car du côté de la tactique, c'est plutôt la brousse ou la savane dans le dispositif zaïrois. L'équipe africaine l'apprend à ses dépens face à une équipe écossaise moins connue pour son organisation sur le terrain, elle aussi, que par son célèbre et légendaire style à la britannique. En gros, ça passe ou ça casse mais on se défonce les gars. Malgré les encouragements du public allemand, un esprit offensif permanent et un jeu certes primaire, le Zaïre s'incline, non sans avoir tenté quelques grigris purement locaux mais totalement inéfficaces face à une bande de rouquins qui ne se laisse pas surprendre par autant de facéties. Du coup ça fait 2-0 dans la gamelle. Pour le coup d'essai, on a connu mieux. Arrive alors le match face à la Yougoslavie et ses joueurs à la technique imparable. Des esthètes quoi, des mecs qui tripotent le ballon pour en faire quelque chose. Et là, c'est la déroute totale pour les Léopards. Le Zaïre en prend neuf sans en rendre un. Là, ça fait carrément désordre pour la sélection zaïroise au cours d'un match durant lequel, pour l'anecdote, l'arbitre se prend un coup de pompe au cul suite à un but contesté par le dénommé Mwepu et qui, dans une logique inexplicable, expulse le malheureux N'Daye qui n'a rien à voir dans le coup. Histoire peut-être de mettre un peu plus le désordre dans une équipe assez corrigée comme ça à la régulière. 

Au pays ça jase un peu, et Mobutu se dit que si ses crocodiles n'ont rien à bouffer, il peut toujours attendre le retour de sa délégation pour l'offrir en plat principal. L'équipe du Zaïre cherche alors la rédemption (song) pour sa dernière rencontre face au Brésil. Le champion du monde en titre (qui ne ressemble cependant pas à celui de 1970). Et là, l'histoire se renouvelle une fois de plus. Les Léopards jouent bien, un peu foufous sur les bords, tout le monde à l'attaque et personne pour défendre... Résultat. 3-0 pour des Brésiliens qui ont perdu leur football et jouent sur une jambe. Le Zaïre quitte donc la Coupe du Monde avec un bilan négatif sur toute la ligne (3 défaites, aucun but marqué...) malgré des prestations spectaculaires mais trop à l'emporte-pièce qui ont pourtant bien régalé le public. Mais pour l'heure, c'est bien les crocodiles de Mobutu qui salivent à l'avance...

Une fois de plus, les Brésilien prennent une taule au karaté.

2 commentaires:

  1. je me pose la question comment est -ce que contre le Brezil l'equipe Zaoire avait prit n mais contre la yougouslavie 9.....

    RépondreSupprimer
  2. Le Brésil de 74 était nase. Par contre la Yougoslavie, comme la Suède et la Pologne, ont pratiqué le plus beau football durant ce WM 74.

    RépondreSupprimer