MAILLOT DE LEGENDE. A.S Nancy-Lorraine.

Attention qui s'y frotte, s'y pique ! Ce maillot-là donne du tonus. Après quelques séances d'entraînement hardies et deux-trois gorgées de boissons au jus de fruits, les Lorrains sont prêts à en découdre sur la pelouse. En 78, à la veille de la coupe du Monde, Platoche et ses coéquipiers c'est du musclé ! Les coups-francs avec « Moumoute » dans les bois et les mannequins en mousse pour faire le mur, les parties de franches rigolades avec « la Rouille », l'ASNL a du tempérament et en profite pour glaner son premier titre. La coupe de France aux dépens de l'OGC Nice avec un maillot Perrier. Sans alcool, la fête est plus folle dit-on du côté de Marcel Picot. Et patatras. Platoche se blesse au début de la saison suivante à Geoffroy Guichard, sa future maison. Fracture de la cheville. La note est salée. Huit mois d'absence et une bonne gueule de bois pour les Nancéiens. Les bouteilles étaient consignées. L'ASNL ramasse les pots cassés et reste au fond de la mine un bon paquet d'années. Au charbon, sans ardeur. Qu'est-ce tu bois doudou dis-donc ? Zut, c'est pas le bon refrain. Pour Nancy, c'est le calice jusqu'à la lie.

Michel Platini. Un gars pas vraiment raplapla.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire